Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 12:16

La-Croix.jpg

Les catholiques apprennent le «lobbying»
Alors qu’un livre sort sur « Les réseaux cathos », analyse d’une mutation qui fait passer l’Église d’une culture de mouvement à une culture de réseau

 Villeurbanne, en banlieue de Lyon. Au « Double-mixte », ils sont plus de 2000 cadres, souvent de haut niveau. Leur point commun : être chrétiens. Durant ce week-end de janvier, ils sont venus réfléchir aux moyens de trouver des modes de croissance alternatifs. De leur riche réflexion, personne n’en saura rien, sauf eux. Ce n’est pas l’objectif : le Mouvement des cadres chrétiens (MCC)« n’a aucune légitimité pour dire ce qu’il faut faire » tranche son président, Ludovic Salvo. Pourtant, une belle palette de décideurs, actifs, souvent jeunes, était rassemblée là. Mais, rappelle leur aumônier, le jésuite Bernard Bougon, « pour eux, l’essentiel se vit ailleurs. Ils viennent ici prendre des repères comme chrétiens, pour ensuite les appliquer au travers de leurs responsabilités ».

La même semaine, députés et médias étaient inondés de mails protestant contre la disparition des fêtes chrétiennes du calendrier européen. Au point de contraindre le ministre chargé des affaires européennes, Laurent Wauquiez, à venir sur le plateau de TF1 défendre « l’Europe des clochers ». Qui a pris l’initiative de ce mouvement ? Qui l’a relayé, auprès de responsables politiques ? Difficile à dire, tant ce genre d’initiatives relève d’une organisation diffuse. Mais dans ce cas-là, les catholiques ont mis au service d’une revendication précise une force de frappe sacrément efficace. Tout comme les 700 « gisants » de l’Alliance pour les Droits à la Vie (ADV), soutenus par 55 247 signataires sur leur site, qui, drapés dans des « linceuls », ont organisé, mardi soir 25 janvier, devant le Sénat un « happening » contre le projet de loi sur l’euthanasie. À telle enseigne que l’Union des familles laïques s’insurge de voir « le Vatican reprendre la main »…

Mobilisation rapide, pour une cause identifiée et clairement affichée, appuyée par quelques parlementaires réceptifs : ces nouvelles manières d’agir chez les catholiques, bien loin de la discrétion tranquille du rassemblement des cadres chrétiens de Lyon, sont à l’origine d’un livre sur le sujet, qui paraît ces jours-ci. Comme si, à la culture de mouvement, dans la tradition de l’Action catholique, avait succédé la culture du réseau.

"Ecouter la souffrance qui se présente à nous"

Pourtant, l’engagement des catholiques sur des problématiques d’actualité n’a rien de nouveau. Les mouvements d’Action catholique, des cadres aux médecins, des associations comme le Secours catholique ou le CCFD, des initiatives comme les Semaines sociales sans oublier la galaxie de la presse chrétienne alimentent depuis des décennies une forme d’engagement dans la société. À la différence qu’aucun ne vise explicitement à « faire pression » sur l’opinion, mais plus à former des chrétiens à agir sans nécessairement afficher ses convictions.

« Nous cherchons d’abord à vivre notre foi dans notre travail, ce qui peut passer par la mise en sourdine de notre foi, pour écouter la souffrance qui se présente à nous » souligne le président du centre catholique des médecins français, le docteur Bertrand Galichon.

Des réserves et des pudeurs que n’ont pas ces nouveaux « réseaux cathos ». « Pas le choix » explique d’emblée Pierre-Marie de Berny. Ce jeune dirigeant d’une entreprise de communication n’y va pas par quatre chemins : « Il ne reste que 4 % de catholiques pratiquants en France : que fait-on avec ce statut de minoritaire ? Quand on commence à devenir une minorité, l’opinion réagit. » Paradoxalement, c’est de cette faiblesse minoritaire que viendrait la force de ces nouveaux réseaux. « C’est aussi une question de générations », observe François Jeanne-Beylot, spécialiste en intelligence économique sur Internet : « Des catholiques plus décomplexés par rapport à leurs convictions religieuses arrivent désormais à l’âge des responsabilités. » « Les catholiques français ont longtemps intériorisé la laïcité. La nouvelle génération est plus attestataire » confirme un observateur de longue date comme le P. Henri Madelin, jésuite.
Isabelle de GAULMYN

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
<br /> Bravo Marc ! Je vais me précipiter l'acheter.<br /> Un sujet d'étonnement lié au regret émis par isabelle de gaulmin dans un encart de la croix que tu ne mets pas sur le blog : tu n'aurais pas parlé dans ton livre de La croix et de Bayard Presse,<br /> pourtant les Assomptionistes avec ce premier quotidien catholique de france ont un réseau important et 95183 Numéros de La croix vendus en 2009-2010 en 7 ème position de la presse française (source<br /> OJD http://www.ojd.com/), ce n'est pas rien ! La lecture de La Croix influence largement une grande partie des cathos, et des cathos qui ne sont pas tous de gauche ! Et Bayard par tous ses titres<br /> représentent une vraie source d'influence...<br /> Mais bravo quand même !<br /> <br /> <br />
Répondre

Ecrivons-Nous!

  • : Le blog de Marc Baudriller
  • : Blog de Marc Baudriller - Une histoire trouble de la Vème République
  • Contact

 

Les-Reseaux-cathos.jpg
 

L

’idée d’un réseau catholique en France, vieille terre chrétienne, peut paraître aussi incongrue qu’une association de démocrates aux Etats-Unis ou de communistes en Corée du Nord. Et pourtant... Les catholiques pratiquants ne représentent plus qu’une  minorité de la population française. Les plus jeunes se considèrent, avec lucidité, comme les membres isolés d’une communauté fragile. Ce livre raconte la renaissance du catholicisme en France sur des bases différentes, minoritaires. Mutation considérable, qui en entraîne d’autres. Comme tous les minoritaires, les catholiques français éprouvent l’urgente nécessité de s’appuyer sur une identité forte pour exister, survivre, rester tournés vers les autres et améliorer la société dans laquelle ils vivent. Ils ont changé. Plus conscients, plus convaincus, ils se mobilisent plus facilement, mais surtout différemment, avec une efficacité nouvelle.

 

Campagne à l’Assemblée nationale pour sauver le scoutisme menacé de disparition, œuvre d’une petite escouade de députés catholiques. Mobilisation contre la suppression du lundi de Pentecôte face au… catholique Raffarin, pour défendre la famille ou pour sauver Témoignage chrétien. Négociations en coulisses pour faire du Monde le propriétaire de Télérama. Mobilisation tous azimuts, encore, pour transformer une quasi-ruine, l’ancien collège des Bernardins à Paris, en foyer ultra-moderne de foi et de culture où le pape réunira la fine fleur de la société française.

 

Au cœur de ces campagnes et bien d’autres, forts de leur idéal, des catholiques souvent inconnus du grand public ont trouvé le soutien de personnalités politiques, d’hommes de médias, de capitaines d’industrie ou d’acteurs de la société civile. Ce livre suit ces catholiques animés par la foi, raconte leurs rêves, leurs différences, leurs combats, leurs échecs, leurs succès. Et éclaire différemment les événements qui ont marqué l’actualité de ces dernières années.

Dans le sillage de ces réseaux mobilisés, se dessine peu à peu le futur visage du catholicisme en France.

 

Pour commander le livre, veuillez cliquer sur l'image ci-dessous

La Fnac marc Baudriller


Recherche

 

- Marc Baudriller était l'invité de LCI, le 31 janvier à 12h30

- Les Réseaux Cathos sont en Une de Challenges, le 27 janvier

- Les Réseaux Cathos sont en Une de La Croix, le 27 janvier

- Marc Baudriller sera l'invité du Fou du Roi sur France Inter, le 27 janvier à 11h05

- Marc Baudriller était l'invité de Carrément Brunet sur RMC, le 25 janvier (à partir de 15 minutes)

Marc Baudriller était l'invité de Radio Notre-Dame, le 24 janvier à 7h20

Biographie de Marc Baudriller

Marc BaudrillerMarc Baudriller, né le 27 octobre 1967, est un journaliste français de presse écrite et de radio, spécialiste des médias. Passé par l’hebdomadaire spécialisé de la communication Stratégies, il a rejoint en 2005 le magazine Challenges (groupe Nouvel Observateur) où il couvre l’économie des médias. Ancien chroniqueur à Radio classique, il compte parmi les polémistes de l’émission Les dessous de l’écran sur RTL, anime un blog sur le site de Challenges et intervient ponctuellement sur différentes antennes, LCI, France Info et Radio Notre-Dame.